5 plats qu’on croît chinois mais qui ne le sont pas

RouleauPrintemps

Manger chinois c’est bien sûr se régaler de nems, beignets de crevettes ou autre porc au caramel… Découvrez ici la vérité sur l’origine de ces plats.

Lorsque l’on se rend pour la première fois en Chine, on se raccroche un peu à ce que qu’on connait déjà de la cuisine chinoise et qu’on a pu manger en France. Pourquoi pas un bon porc au caramel ou quelques rouleaux de printemps, ils doivent être pas mal par ici !

En fait, vous allez voir que ces plats ne sont pas chinois et qu’il est difficile voire même quasi impossible d’en trouver en Chine. Mais alors me direz-vous, que mange t’on vraiment en Chine ? Quels sont les vrais plats chinois ? Cliquez-ici pour le découvrir.

Les nems

Le grand classique, tout le monde le présente comme chinois. C’est un peu normal car on le trouve souvent chez les traiteurs chinois. En fait, le nem est un plat vietnamien, et pour ma part, en deux ans en Chine, je n’en ai jamais vu un seul, donc n’espérez pas allez sur place pour vous régaler de ceci. Il existe cependant un plat qui pourrait y ressembler, mais qui n’a pas vraiment le même goût (voir photo ci dessous). D’ailleurs, la sauce nuoc mam qui accompagne fréquemment les nems est typiquement vietnamienne, on en trouve plutôt peu en Chine, sauf au Sud plus proche du Vietnam.

Les beignets de crevettes

Voici un autre exemple souvent présent dans les assortiments dits « chinois », mais en réalité, il s’agit aussi d’un plat vietnamien, voire même japonais. On le connaît alors sous le nom de Tempura. Il est tout à fait possible d’en consommer en Chine, dans les restaurants japonais, mais ces petites crevettes enrobées de friture n’ont rien de traditionnellement chinois.

Les rouleaux de printemps

Un plat traditionnel et typiquement chinois dans l’esprit de beaucoup encore aujourd’hui. Celui-ci, d’où vient-il à votre avis ? Du Vietnam, à nouveau ! Là il y avait même une manière de la savoir avec une règle assez générale. On mange très peu de légumes crus dans l’empire du milieu. Or, le rouleau de printemps contient des pouces de sojas, des herbes, des carottes et autres ingrédients pouvant être crus. Il est donc à fort à parier que celui-ci n’est pas chinois, et c’est d’ailleurs le cas.

Cependant, un plat pourtant le même nom existe en Chine, le 春卷, qui veut littéralement dire « rouleau de printemps ». Mais comme vous pouvez le voir sur la photo, il n’a pas grand-chose en commun avec ceux que nous consommons en France. On dirait plutôt un petit nem !rouleau_de_printemps

Les sushis

Beaucoup me diront que les sushis sont évidemment japonais. Mais j’ai quand même constaté qu’un nombre non négligeables de personnes pensent aussi que c’est un plat chinois. Encore une fois, il n’en est rien. Par contre, cette fois-ci, vous pourrez en déguster à volonté en Chine. Les restaurants à sushis sont innombrables car ils ont beaucoup de succès auprès des chinois. Par ailleurs, ils sont beaucoup plus variés et parfois sophistiqués qu’en Europe, la proximité du Japon y est surement pour quelque chose.

Le porc au caramel

Très connu aussi dans nos buffets chinois à volonté. Dans ce cas, il est plus difficile d’être catégorique pour dire si celui-ci est chinois ou non. En effet, on trouve au moins deux plats qui peuvent s’en rapprocher de près. Le premier est le 红烧肉, prétendu plat préféré de Mao, le second est un sorte de porc sauce aigre-douce à l’ananas que l’on trouve dans la cuisine cantonaise. Mais dans les deux cas, bien que le goût sucré soit présent, on note aussi une autre saveur dominante, qui laisse à penser que le porc au caramel que nous trouvons en Europe dérive d’un autre plat. Je pencherai à nouveau plus pour un plat vietnamien dont le goût est plus proche et qui est connu pour être effectivement un porc au caramel.

Le plat préféré de Mao Zedong

Le 红烧肉, un cousin du porc au caramel

Vous allez maintenant vous demander pourquoi trouve-t-on la plupart de ces plats dans les traiteurs chinois. Il y a deux raisons à cela :

  • La première est que certains de ces traiteurs sont aussi tenus par des vietnamiens.
  • La seconde est que la très grande majorité des chinois qui ont émigrés en France viennent de quelques endroits précis de l’extrême Sud de la Chine. Leur cuisine est plus proche de celle du Vietnam et il est probable qu’en plus de servir des plats traditionnels chinois dans certains restaurants, ils y mêlent d’autres cuisines notamment celle de l’Asie du Sud-Est, dont fait partie le Vietnam.

Alors si vous voulez apprécier la vraie cuisine chinoise, rendez-vous en Chine ! Ou bien testez les meilleurs vrais restaurants chinois de Paris, oui oui il y en a 🙂

Et vous, avez-vous découvert que certains plats chinois que vous connaissiez ne le sont pas ?

祝好 !

A propos de l'auteur

Vincent

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

© Un zeste de Chine - 2014. Vincent M.